TN AstraVox

Néophytes, amis des Glyphes, bonjour ! 

Deux semaines de farniente, j’en vois certains qui ronflent tranquillou pépère au fond de la classe tandis que le Cercle ronronne doucement sous les douces caresses du Soleil printanier. 

Mauvaise nouvelle, la sieste est finie ! La dame est de retour et elle est en forme ! Alors, en route la troupe, c’est reparti pour la ballade ! Un peu de mal à émerger ? On va puiser en soi toute l’énergie martienne pour chasser les brumes neptuno-lunaires. On se prépare un petit cocktail booster, vous allez en avoir besoin pour la suite.  

Comme chuis brave fille, je vous donne la recette qui me vient de ma grand-mère (remember celle qui va piano et sano …):  deux doses de Jupiter (pour l’entrain) à diluer dans trois mesures de Mercure (réveiller les neurones), un chouilla d’essence de Vénus (bon pour le teint), un soupçon d’Uranus (pas plus et  surtout, un conseil, ne jamais dépasser la dose prescrite), une feuille séchée de Pluton (accéder à son inconscient) et pour donner un peu de corps à tout cela, une pincée de Saturne. Voilà qui devrait vous aider à marcher droit. C’est bon ? Tout le monde est prêt ?

Nous partons donc rejoindre notre Néophyte retenu de son plein gré dans le Cercle. Pour ceux qui se demanderaient (encore) comment un humain peut être coincé dans un thème natal, reportez-vous aux chroniques précédentes.  Ici vous êtes dans une dimension particulière qui n’a d’autres limites que celles de l’imagination de votre serviteur, c’est dit !

Quand on parle du loup…je vois notre ami Néophyte qui s’approche tout sourire. Oui ? Nous sommes invités où ? A la cérémonie de quoi ? Des Oscars des Stars ? 

« Mais qu’est ce que c’est encore que ce binz ? C’est quoi ce blog à la fin ! Bon Josiane, tu viens ? T’en as pas marre d’écouter les délires de la dame, ca fait des plombes que je t’attends au bar du coin ».

NDLR : celui qui parle, c’est Bob. Bob est un professionnel de la profession, il incarne la tradition astrologique avec un grand T et un grand A. C’est la voix de la conscience. A ses côtés, Josiane, sa femme. Elle l’adore mais elle adore tout autant se poiler.  Dans la dernière chronique Bob a choisi de quitter la classe pour le bar du coin. Josiane, elle est restée.

Vous vous en foutez ? De quoi ? De la vie de Bob et Josiane … notez que moi aussi … C’est terrible hein, mes personnages m’échappent …. Quand je vous dis qu’ici c’est une autre dimension, c’est pas de la blague ! Où en étions-nous ? Ah oui ! Les fameux Oscars des Stars ! Robes longues, smokings, tapis rouge et bulle de champagne, le Cercle nous invite. 

Les commentaires de la cérémonie seront assurés par le Néophyte à qui je vais céder ma place (ce qui me permettra de faire autre chose héhé … je blague, c’est pour voir si vous suivez).  

Je vous donne au préalable quelques clés de lecture. Dans les scènes qui vont suivre, nous poursuivons notre exploration ludique des énergies planétaires. Rien n’a été laissé au hasard pour que le néophyte que vous êtes ressente les énergies en question.  Choix de l’Oscar, choix du film, attitude du Glyphe, costume qu’il porte, discours qu’il prononce, commentaires de la voix off, tout cela forme un ensemble propre au Glyphe récompensé.

Crépitement des flashs, musique, les trois coups du Brigadier, levé de rideaux.

And now, the show must go on ! Enjoy !

Oscar du producteur de l’année : le Soleil pour « Le Roi danse »

 

le roi danse

Voix off du Néophyte : Sans surprise, l’Oscar du meilleur producteur de l’année revient au Soleil. Particulièrement rayonnant ce soir, il se lève et jette un coup d’œil circulaire à la salle qui lui réserve une standing ovation. Il répond par un sourire bienveillant et franchit avec une grande assurance les quelques marches qui le séparent du micro.  Son élégance naturelle est rehaussée par un costume au tombé impeccable, il se dégage de lui une autorité naturelle, un charisme certain. Le ton est ferme, la voix assurée, il prend la parole pour le traditionnel discours de remerciement.

Le Soleil : mes amis, mes chers amis, je serais bref et irais droit au but.  Un seul mot : merci !  Ce projet que vous récompensez aujourd’hui est le projet de ma vie ; ce film je le porte en moi depuis que j’ai vu le jour. Malgré les obstacles, les embûches dont un  infarctus l’an dernier, ma volonté de le mener à bien n’a jamais faiblie. Du plus loin que remonte ma mémoire, toute mon énergie a toujours été focalisée sur cette réalisation et j’ai tout mis en œuvre pour y parvenir.  J’ai du fédérer autour de moi une équipe aux talents multiples et complémentaires. Au-delà, je suis même allé chercher les meilleurs dans chaque domaine et j’ai du mettre toute la force de ma volonté pour les convaincre d’embarquer avec moi dans cette entreprise. Que dis-je entreprise ? Aventure même !  Alors, certes, ce soir, je suis le plus heureux des producteurs mais cette victoire est aussi celle de mon équipe avec laquelle je partage cette récompense. Bien évidemment, je la dédie aussi au public qui a aimé le film et la plus belle consécration est finalement celle-ci !

Voix off du Néophyte : C’est sous un tonnerre d’applaudissement que le Soleil regagne sa place. Au passage il serre quelques mains qui se tendent vers lui. C’est une vraie star qui est récompensée ce soir.  Parfois arrogant et dominateur, on a pu lui reprocher par le passé son trop grand paternalisme et, il faut bien lui dire, sa tendance à l’égocentrisme dont chacun riait sous cape.  Mais celui qui s’est présenté sur scène ce soir, auréolé de la gloire de son film, est un Soleil nouveau que l’on sent prêt à prendre un nouveau départ, la tête déjà pleine d’un nouveau projet. Mais, je m’interromps. Voilà que l’on annonce maintenant le nom du récipiendaire de l’Oscar de la meilleure ambiance recréée.

Oscar de la meilleure ambiance recréée : La Lune pour « L’ odyssée de la vie »

cover170x170

Voix Off du Néophyte : Quelle belle surprise pour la Lune ! Oh ! La ! La ! Il faut le voir pour le croire. L’émotion gagne toute la salle !  Personne ici n’a oublié que l’an dernier elle avait été nommée mais détrônée dans le sprint final par Neptune.  La Lune a du mal à réaliser que c’est elle qui vient de gagner.  Elle reste bouche bée,  ses grand yeux écarquillés de stupeur s’emplissent de larmes. Mais voilà qu’elle porte la main à sa poitrine comme pour contenir le grand bonheur qu’elle ressent. Comment ne pas être touché par ce pâle visage ruisselant de larmes et souriant à la fois.  Voilà qu’elle se lève, vacille quelques secondes, se raccroche au bras de son voisin et fini par monter les quelques marches qui la séparent du pupitre.

(Bruit d’une respiration saccadée dans le micro, petit rire étranglé de la Lune)

Le Néophyte en voix off chuchote : La Lune semble paralysée et s’il lui arrive parfois de se montrer exubérante, ce n’est pas le cas ce soir. C’est une Lune qui nous semble bien timide qui affronte le public et les projecteurs. La question que chacun se pose dans l’assemblée est de savoir si elle sera capable de prononcer son discours. La tension est palpable ici, tous les coeurs semblent battre à l'unisson du trouble de la Lune.

La Lune (essoufflée, la gorge nouée, sa voix se réduit à un simple murmure) :  Pardon mes amis, je suis décidément trop émotive. J’ai l’impression de me revoir petite fille lorsque l’instituteur m’appelait au tableau pour réciter mes poésies. C’est un vrai bonheur de recevoir ce prix et les mots me manquent ce soir. J’aurais voulu vous faire un discours de remerciement en vers comme je les chéris tant mais mon inspiration est noyée sous le flot des émotions qui m’assaillent. Je vis un véritable rêve qui va bien au delà de tout ce que j’avais pu imaginer et j’ai bien du mal à m’adapter à toute cette pression. Cette récompense est une forme de délivrance des neuf mois que je viens de passer à recréer, dans mon petit studio, l’ambiance de la vie intra-utérine. J’ai essayé de puiser dans mes souvenirs inconscients la tonalité la plus juste pour que chacun de vous puisse ressentir cette magie de la vie en pleine création. Mon grand bonheur et d’y être parvenue et en tant que maman, je pense en premier lieu à mes enfants à qui je dédie cet Oscar ! Merci encore.

(A suivre...)