fond_d10

Spiritisme et religion

Le spiritisme ne correspond pas aux critères habituels qui définissent une religion : le spiritisme n’est pas fondé sur la croyance ou la foi, il résulte des expériences de communication avec les esprits L’enseignement des esprits a été transmis au travers de différents médiums, et il fut l’objet d’une synthèse réalisée par Allan Kardec dans ses ouvrages et en particulier "Le livre des Esprits"

Le spiritisme n’est pas une doctrine figée, mais une connaissance dont les principes de base s’affinent en fonction de nouvelles recherches. Il n’est pas non plus la révélation d’un prophète ou d’un messie, mais la révélation d’un au-delà qui se manifeste et apporte ses enseignements. 

S’il existe une notion de prière, cela ne donne pas lieu à des rituels particuliers. Il n’y a pas de dogmes en spiritisme, mais des principes qui nécessitent sans cesse d’être étudiés, approfondis, affinés et précisés. Le principe de réincarnation par exemple, a fait l’objet de nombreuses études et observations sur la mémoire antérieure (souvenirs spontanés ou expériences d’hypnose). 

Le spiritisme n’a pas donné naissance à des institutions de type Eglises, il ne comporte aucune hiérarchie de prêtres, maîtres, prophètes ou grands initiés. Il n'y a pas de Dieu justicier, mais une force créatrice infinie et amoureuse. Croire en une doctrine toute faite et non vérifiée, ou bien interroger le réel pour en savoir plus, telle est l'alternative proposée qui est toujours d'actualité. C'est toute la différence entre religion et philosophie.

 

Le spiritisme est une philosophie

A partir de l'étude expérimentale des phénomènes spirites, des lois naturelles ont été découvertes, telles les lois qui concernent le fonctionnement de la médiumnité et de son développement.Les grands principes exposés par les esprits peuvent être développés et réfléchis selon une approche philosophique. En cela le spiritisme fait appel à la raison. Concernant la différence à faire avec les croyances religieuses, voici quelques exemples : la réincarnation n'est pas un karma punitif mais une évolution perpétuelle ; la Terre n’est pas le centre de l’Univers mais une planète habitée parmi d’autres ; il n’y a ni anges, ni démons, seuls les esprits désincarnés peuplent l'au-delà ; il n'y a pas de miracles, mais des phénomènes naturels encore mal connus.

Le spiritisme est une formule chrétienne de partage, de liberté et de dignité pour tous les hommes et pour tous les peuples sans distinction d’ethnies ou de culture. Ainsi le spiritisme répond à l'essence même du message chrétien indépendamment de l'histoire religieuse. Ainsi également le spiritisme reconnaît toute l’importance du personnage de Jésus, en tant que missionné au même titre que d’autres prophètes.

La plupart des spiritualités ont été jusqu’alors l’apanage des religions ou des initiations ésotériques. C’est le règne du dogme, du rite ou de la foi aveugle. C’est également le motif d’un conditionnement social hiérarchisé avec ses castes de prêtres, imams et autres, censés dicter les règles instituées par les textes ou les instances religieuses. 

Le spiritisme démocratise la connaissance de son enseignement, la rendant accessible à tous, pour une quête spirituelle qui n’établit plus de différence entre les individus. Devenu philosophie, le spiritisme a sorti la spiritualité de la croyance pour en faire un objet de recherche et de réflexion sur le sens de la vie à partir de ce que l’on sait de l’après vie.